Tester la compatibilité d’un site web avec Internet Explorer sous Linux/FreeBSD


Vous développez votre site web sur un ordinateur sous Linux ou FreeBSD, vous hébergez ce site sur un serveur qui fonctionne également avec l’un de ces systèmes. Bref, vous êtes une femme/un homme de bon goût. Qui plus est, vous avez à coeur de vérifier le bon fonctionnement dudit site avec les navigateurs les plus usités. Pour Firefox et Chrome (ou Chromium qui en constitue la base open-source), aucun problème pour effectuer vos tests sous Linux ou FreeBSD. Ces deux navigateurs existent en effet pour ces deux plates-formes. Mais quid d’Internet Explorer ? Qui, rappelons-le, n’est pas (encore ?) disponible sous Linux ou FreeBSD. Nous allons voir qu’il existe un moyen simple, gratuit et légal de faire fonctionner un navigateur IE sur cette famille de système d’exploitation open source. Pour ce faire, nous allons utiliser une machine virtuelle. Voici les différentes étapes à suivre :

  • Etape 1 : Installer VirtualBox

VirtualBox est un logiciel open-source de virtualisation. Il permet de disposer d’ordinateurs virtuels dans lesquels vont fonctionner des systèmes d’exploitation qui peuvent être différents de celui lancé au démarrage de votre ordinateur. Autrement dit, sur un poste sous FreeBSD, vous pouvez par exemple exécuter simultanément une première machine virtuelle sous Linux et une seconde sous Windows. A condition bien sûr de disposer d’un ordinateur suffisamment puissant et en particulier avec suffisamment de ressources en mémoire.

Pour installer VirtualBox, le plus simple est de passer par le gestionnaire de paquet de votre distribution Linux favorite. Sous FreeBSD, vous pouvez consulter la page dédiée du manuel de référence.

  • Etape 2 : Télécharger l’image de la machine virtuelle

Microsoft met à disposition des machines virtuelles Windows au format VirtualBox. Ces machines virtuelles sont spécifiquement dédiées aux tests de compatibilité avec IE. Pour les télécharger :

  • Allez sur le site modern.IE.
  • Allez dans la section « Machines virtuelles ».
  • Sélectionnez la machine virtuelle qui vous intéresse (liste déroulante « Select Virtual Machine »).
  • Sélectionnez « VirtualBox pour Linux » dans la liste 2.
  • Vous pouvez maintenant télécharger l’archive ZIP qui s’affiche dans le bloc numéro 3.

Lorsque j’ai testé cette procédure sous FreeBSD, je n’ai pas eu d’emblée le choix « VirtualBox pour Linux ». Il m’a fallu passer par quelques étapes supplémentaires :

  • Sélection de « VirtualBox dans Windows » dans la liste déroulante « Select Platform ».
  • La liste 3 affiche son contenu. Cliquer sur le lien « Linux » du texte « Testing on a different OS? Download for Linux or Mac » qui se trouve tout en bas.
  • Resélection de la machine virtuelle.
  • Et cette fois-ci la liste 2 propose « VirtualBox pour Linux ».
Site web modern.IE

Site web modern.IE

  • Etape 3 : Décompression de l’archive téléchargée

Le fichier téléchargé est au format ZIP. Vous devez donc tout d’abord le décompresser. Ce qui vous donnera un fichier avec une extension .ova.

  • Etape 4 : Création de la machine virtuelle

Lancez VirtualBox. Dans le menu « Fichier », sélectionnez « Importer une application virtuelle ». Puis choisissez le fichier d’extension .ova. Cliquez sur le bouton « Suivant ». Vous pouvez maintenant si vous le souhaitez configurer la machine virtuelle. Si vous avez suffisamment de ressources en mémoire, je vous recommande d’augmenter la mémoire vive de la machine virtuelle pour la porter à au moins 1 Go. Une fois la configuration effectuée, cliquez sur « Importer ». La machine virtuelle va être créée. Vous pourrez constater que cette opération nécessite un temps certain…

  • Etape 5 : Instantané

Une fois la création terminée, la nouvelle machine virtuelle s’ajoute à la liste des VM disponibles. Avant de l’exécuter pour la première fois, il est conseillé d’en faire une sauvegarde sous la forme d’un instantané (« snapshot » en anglais). Ce qui vous permettra si besoin de la restaurer comme si elle venait d’être installée. Pour cela, sélectionnez la machine virtuelle dans la liste. Puis cliquez sur le bouton « Instantanés » situé en haut à droite de la fenêtre VirtualBox. Cliquez ensuite sur le bouton « Prendre un instantané » (icone figurant un appareil photo).

  • Etape 6 : Démarrage de la machine virtuelle

Sélectionnez la machine virtuelle et cliquez sur le bouton « Démarrer » (flèche verte). La machine virtuelle se lance, et vous avez maintenant un Internet Explorer sous Linux/FreeBSD !

Machine virtuelle IE exécutée sous FreeBSD

Machine virtuelle IE exécutée sous FreeBSD

Version 1.0 de la librairie mysql_protocol


Cette nouvelle version apporte le support des procédures stockées. Vous pouvez la télécharger depuis ma page GitHub ou bien l’installer grâce à l’outil OPAM.

mysql_protocol est une librairie développée en langage OCaml et implémente le protocole client/serveur natif de MySQL. Il est ainsi possible d’effectuer des requêtes depuis un programme OCaml sans avoir à utiliser d’interface avec la librairie C.

Travaux CNAM


Trois documents réalisés dans le cadre de certaines UE de mon cursus ingénieur CNAM :

« ZFS et Btrfs, systèmes de fichiers ultimes à l’heure des big data ? » (juin 2014, UE ENG221) : « ZFS et Btrfs sont des systèmes de fichiers nouvelle génération. Leur développement a pour but d’apporter des solutions aux limites des systèmes de fichiers classiques. Et d’apporter des fonctionnalités capables de répondre aux besoins actuels. A savoir assurer la gestion de volumes de données de plus en plus gigantesques tout en maintenant l’intégrité des données et sans rendre l’administration des systèmes inutilement complexe. Nous verrons que ZFS et Btrfs apportent tous les deux des fonctionnalités similaires qui remplissent ces objectifs. Néanmoins ZFS conserve une longueur d’avance. Ses possibilités avancées, son architecture, sa fiabilité éprouvée et sa simplicité d’utilisation apparaissent supérieures à ce que peut offrir Btrfs à l’heure actuelle.« .

« Résolution de problèmes de classification par algorithmes évolutionnaires grâce au logiciel DEAP » (juin 2014, UE NFE212) : « Nous verrons tout d’abord ce que sont les algorithmes évolutionnaires en les resituant dans leur contexte et en rappelant leurs principales caractéristiques. Puis nous détaillerons en quoi consiste les problèmes de classification de données. Le logiciel DEAP (Distributed Evolutionary Algorithms in Python) sera ensuite décrit et nous poursuivrons par son test pratique sur deux exemples de problèmes de classification. Le premier cas porte sur un problème de classification supervisée et une résolution par algorithme génétique. Le deuxième cas est un problème de classification non supervisée avec une tentative de résolution grâce à un programme génétique. Nous conclurons sur les difficultés rencontrées lors de cette mise en pratique et sur les apports du logiciel DEAP.« .

« Test du logiciel open source de data mining Orange » (février 2013, UE NFE211) : « Orange est un outil open source dédié à la fouille de données et à l’apprentissage automatique. Il propose à la fois une bibliothèque de fonctions qui permet le développement de scripts et une interface utilisateur très intuitive qui permet de construire graphiquement l’enchaînement des traitements souhaités.« .

Licence Creative Commons
Ces documents PDF sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Si vous souhaitez obtenir les fichiers LaTeX originaux utilisés pour composer ces PDF, n’hésitez pas à me contacter.

Mémoires sur le thème des logiciels libres


Quatre courts mémoires rédigés dans le cadre de mon congé individuel de formation pour l’obtention du Master 2 Informatique en Ingénierie du Logiciel Libre :

« Les licences libres » (avril 2012) : « Les licences sont au coeur de la définition des logiciels libres/open source. En comprendre les principes est indispensable pour optimiser et sécuriser la mise à disposition ou l’utilisation de ces logiciels. Nous verrons donc les droits et obligations principales portés par trois licences représentatives et couramment utilisées dans le monde du libre : la GPLv3, la LGPLv3 et la MIT. La question de leur compatibilité mutuelle ainsi qu’avec une licence propriétaire sera également étudiée. Puis nous détaillerons comment un modèle économique peut s’appuyer sur la possibilité de distribuer un logiciel sous double licence, libre et propriétaire ».

« Les modèles économiques du logiciel libre » (avril 2012) : « Nous verrons plusieurs modèles économiques actuellement utilisés afin de résoudre l’apparente contradiction entre les logiciels libres et la possibilité d’une captation de valeur économique pour les entreprises du secteur. Les activités liées aux services web et au domaine de la sécurité informatique seront plus particulièrement détaillées avec des exemples de sociétés en activité. Les applications mobiles et les logiciels embarqués viendront illustrer des secteurs porteurs de croissance où là encore les logiciels libres ont tous les atouts pour y jouer un rôle majeur ».

« Linux et les systèmes embarqués » (décembre 2012) : « Les systèmes embarqués sont aujourd’hui omniprésents et les logiciels open source y occupent une place non négligeable. Après avoir précisé la définition et les spécificités de ces systèmes, nous verrons de quelles manières il est possible d’utiliser Linux dans le cadre du développement d’applications embarquées. Nous donnerons ensuite un exemple pour illustrer une autre approche qui peut s’avérer dans certains cas pertinente, à savoir se passer totalement de système d’exploitation. Puis nous décrirons succinctement plusieurs projets d’autres systèmes open source orientés plates-formes embarquées. Pour finir, nous étudierons le cas du Raspberry Pi, un tout petit ordinateur à bas prix mais qui pourrait bien marquer l’histoire de l’informatique ».

« L’environnement de programmation fonctionnelle DrRacket » (décembre 2011) : « Nous commencerons par décrire succintement l’environnement DrRacket puis nous verrons certains aspects particuliers du langage principal qui lui est associé. Nous approfondirons ensuite les fonctionnalités graphiques proposées ainsi que l’outil de déboguage et d’évaluation pas à pas. Enfin nous verrons comment il est possible d’étendre l’environnement DrRacket ».

Licence Creative Commons
Ces documents PDF sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.

Si vous souhaitez obtenir les fichiers LaTeX originaux utilisés pour composer ces PDF, n’hésitez pas à me contacter.